PETIT VADÉMÉCUM du

LEAD MANAGEMENT


Il faut savoir conjuguer l'éthique et la performance pour renforcer l'engagement de vos claborateurs


PIERRE BIGAZZI, PRÉSIDENT DE L’INPHIMA


https://inphima.com/savoir-conjuger-ethique-et-performance-pour-renforcer-lengagement-collaborateurs/

L'EXCELLENCE caractérise les entreprises qui réussissent au delà de leur performance économique et maintiennent leurs résultats sur la durabilité. Le processus de transformation, résulte d’une impulsion donnée lentement mais sûrement. La prise de conscience et la volonté du dirigeant, de son équipe de direction sont impératives pour initier un processus long et progressif de modifications des comportements et des relations.

Ces entreprises ont acquis la capacité à créer toujours plus de valeurs pour leurs partenaires et leurs collaborateurs, afin d'améliorer en continu leur compétitivité et leur Humanité.

"Le qui ....avant le quoi ". Si vous avez les bons collaborateurs, ils seront auto-motivés, et surtout le rester ! La qualité (Lean Management) reste très importante mais l'Humain est prégnant.

Les organisations excellentes, se centrent sur leurs savoirs faire, les personnes et les niveaux d'engagements. Elles améliorent en continu ce qu'elles savent faire mieux et différemment que les autres. Elles fondent leur stratégie à partir d’une compréhension approfondie de trois dimensions clés :

1- en quoi puis-je être le meilleur ?

et inversement, en quoi vous ne pouvez pas être le meilleur ; cela va plus loin que le fait d’avoir un cœur de métier.

En quoi j'ai le meilleur produit, le meilleur service , contributif au besoin de la planète ?

Dit autrement , quelle est ma capacité à me mettre dans la "peau de mes Clients"

Quel avenir je souhaite à mon entreprise ( la vision) et quelles activités je développe ( la mission) ?

Quelles ruptures (stratégies ?) je met en œuvre et comment, en acceptant la frustration du temps nécessaire au changement.

Pour un projet personnel, cela donnerait « je sens que je suis né pour faire cela »

2- qu’est ce qui nous passionne ?

Les entreprises excellentes se focalisent sur les activités pour lesquelles elles ont une passion, une histoire (leur ADN) ; l’idée n’est pas tant de stimuler de la passion, mais de découvrir ce qui vous passionne.

Qu'elles intentions, idées sont portées par le Dirigeant ? Quelles Valeurs proposent-il ? Sont elles partagées par ses équipes ?

L'excellence émerge, lorsque l'entreprise et ses dirigeants font converger les trois dimensions et qu'ils n'en dévient pas, tant sur leur stratégie que sur sa déclinaison à tous les étages de l'organisation.

Savoir travailler ensemble un préalable au changement

Pour un projet personnel, cela donne « je n’attends qu’une chose, retrouver mon boulot, je crois vraiment en ce que je fais ! »

3- qu’est ce qui « tire » votre moteur économique ?

Qu'est ce que vous proposez, comment et à qui ? comment générer cash flow des profits solides et soutenus…

Le secteur dans lequel on se projette, qui n’est pas forcement un « bon »secteur en tant que tel, mais qui est celui ou l’on rencontre du succès, celui qui fera tourner l’entreprise du point de vue économique.

Pour un projet personnel, cela donnerait « je rêve ! je suis payé pour faire cela ? »


Bibliographie : De la performance à l'excellence JIM COLLINS (Auteur) Paru le 4 avril 2013 Étude. On pense que pour réussir, il faut être une personne charismatique et sévère envers les employés, mais le livre nous explique le contraire.La méthode Hérisson est aussi très intéressante à comprendre. Je le conseille vivement aux Chefs d'entreprise.


Dans son célèbre essai « Le Hérisson et le Renard », Isaiah Berlin, philospohe et historien anglais, divisait le monde entre ces deux animaux.

Le renard est une créature astucieuse capable d’imaginer une myriade de stratégies complexes pour attaquer furtivement le hérisson. Rapide et rusé, le renard a tout du vainqueur.

De son côté, le hérisson ne paie pas de mine. Il se contente d’entretenir son nid et de se dandiner toute la journée en recherche de nourriture.

Le renard attend silencieusement le moment opportun pour attaquer le hérisson. Celui-ci vaque à ses affaires et emprunte son itinéraire habituel, droit vers le renard.

« Ha, ha ! Je t’ai eu ! » pense le renard. Il surgit d’un bond, vif comme l’éclair.

Le petit hérisson, sentant le danger, lève les yeux au ciel en soupirant : « Encore ! Il n’apprendra donc jamais ? »

Se mettant alors en boule, le hérisson se transforme en une sphère parfaite hérissée de piquants pointés dans toutes les directions.

Le renard voit son attaque échouer piteusement. Battant en retraite vers la forêt, il commence à élaborer une nouvelle stratégie d’approche.

Cette bataille entre le hérisson et le renard se reproduit chaque jour et, en dépit de la ruse supérieure du renard, c’est toujours le hérisson qui gagne.

« Si le renard sait beaucoup de choses, le hérisson n’en sait qu’une, mais elle est très importante »

Pour Isaiah Berlin, les renards envisagent le monde dans toute sa complexité. Ils poursuivent plusieurs objectifs en même temps. Ils sont éparpillés et se déplacent à plusieurs niveaux. Ils n’intégrent jamais leur réflexion dans un concept général ou une vision d’ensemble.

Les hérissons simplifient un monde complexe en une idée organisationnelle unique, un principe de base ou concept, qui unifie et guide chaque chose.

Quelle que soit la complexité du monde, un hérisson réduit tous les défis et dilemmes aux idées simples (pratiquement simplistes) d’un hérisson.

Mais les hérissons ne sont pas stupides ! Bien au contraire. Ils comprennent que l’essence d’une profonde perspicacité est la simplicité. Leur esprit perçant leur permet de discerner des schémas sous-jacents en voyant au-delà de la complexité.

Les hérissons voient l’essentiel et ignorent le reste.

Les entreprises et les managers qui parviennent à un certain niveau d’excellence et d’accomplissement sont tous, à un degré ou à un autre, des hérissons.